La dictature de l’urgence, Gilles Finchelstein

Le possible rapprochement des Français à la politique au travers du changement des règles de l'élection présidentielle ou par de nouveaux profils parmi les responsables politiques

Gilles Finchelstein, directeur des Etudes d’Euro RSCG Worldwide en France – directeur général de la Fondation Jean Jaurès, nous entraîne dans un vertigineux voyage au cœur de la dictature de l’urgence. On y découvre une réalité qui dépasse ce que chacun pressent. Car le culte de la vitesse et de l’instant bouscule toutes les facettes de nos vies personnelles — notre santé, nos repas, nos loisirs — et professionnelles — pression accrue, exigences de rentabilité croissantes. Il pèse aussi sur notre vie publique : les faits divers se traduisent immédiatement en lois, lesquelles sont de plus en plus souvent votées selon une procédure… d’urgence !

Ce nouveau rapport au temps est une des causes les plus profondes de nos maux contemporains. Il place nos sociétés sous tension. Il délégitime le politique. Il risque d’aboutir au sacrifice des générations futures, bien au-delà de la dette ou du réchauffement climatique. Alors, que faire ? Répondre à la vitesse par la vitesse, comme le président de la République ? S’engager, à l’inverse, sur la voie de la décroissance ? Gilles Finchelstein propose ici une autre voie pour décélérer, retrouver la perspective du temps long et sortir enfin de la dictature de l’urgence.

Conseillé à tous les parcours du CELSA, peut-être en priorité aux CEI

Acheter La dictature de l’urgence, de Gilles Finchelstein.

Antoine
Antoine, SOS CELSA

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *